MON VIADUC DE MILLAU -

L’hiver, c’est comme la nuit : les chats sont gris et les photos en NetB. Pas toujours, d’accord, au moins en ce qui concerne les photos, les chats je sais pas. Mais bien souvent, c’est vrai.
La semaine dernière, petite escapade du côté de Millau.
Millau ! Son viaduc ! Le monde entier a déjà photographié cet ouvrage. Parfois de bien belle manière. Alors à quoi bon ? Surtout si vite, en passant, sans pouvoir choisir sa lumière, sa saison, apprendre à connaître la bête. Mais moi, en fait, je voulais juste passer dessus, c’est fait (photos interdites), dessous, c’est fait, preuves à l’appui, et autour, pas loin, le regarder de biais, de profil, dans son environnement, sans le déranger. J’ai posé mon bonhomme qui me suit partout pour qu’il contemple le travail. “De la belle ouvrage, au moins du 28X135 comme vis, pour tenir tout ça” qu’il a dit, comprendront certains…
Lumière grise. Pas tout à fait. Ciel dégagé. Quand il y pense. Végétation absente. Touristes aussi. Atmosphère sauvage, drue, lieux presque abandonnés pendant cette saison.
Alors du coup, forcément, on est tenté d’appuyer là où ça fait du bien. Dans les contrastes. Dans des noirs, bien pêchus. Des blancs, bien sales. On révèle les nuages pour faire ressortir la terre et les pierres.
C’est pas les plus belles. Y a mieux sûrement pour le choix de la saison et la connaissance des lieux. N’empêche, c’est les miennes. Et là, devant elles, c’est MON viaduc.
Mais je partage…

MD